Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2007

*Coup de coeur*Après vu à la télé, vu chez Vinvin ! On pourrait même croire qu'il en fait un peu trop…arrêtez de jeter des fleurs 😉 En tout cas une bonne réponse aux déclinologues de tout bord.

http://www.dailymotion.com/swf/1sUtiMpt9d57dgx18

 

Publicités

Read Full Post »

Concurrence libre et non faussée

*Réflexion*On a beaucoup entendu parler de concurrence libre et non faussée ces derniers temps. Les Francais, qui ont comme réputation d'avoir bien souvent trainé les pieds pour l'ouverture des marchés à la concurrence (dernier en date, l'électricité ) auraient obtenu que cette expression de compétition chère aux anglais soit enlevée des objectifs de l'Union Européenne (elle reste mentionnée 13 fois dans le traité ceci dit).

Au dire des tenant forcenés de la théorie économique libérale, seul le marché est à même de réguler les prix afin de tendre vers l'optimum social. La théorie et la pratique sont toutefois souvent très différentes et il y a des contre-exemples connus à l'adage selon lequel le levier le plus efficace pour peser sur les prix est l’introduction de plus de concurrence. Les économistes raisonables savent qu'il y a toujours un écart entre le monde idéale de la théorie et la réalité. Certains de nos politiques malheureusement restent parfois aveuglés par leur idéologie.

Prenons trois événements qui illustrent bien le phénomène:

Les trains britanniques

Prenons un exemple de conséquence de la privatisation du rail : Les trains qui vont de Woking à Waterloo station sont opérés par South West Train, une société privée. Cette société a une franchise (c'est à dire le droit d'opérer) pendant 5, 7 ou 10 ans. Elle signe un contrat avec l'Etat en début de période. Dans les limites de ce contrat elle peut tout faire, ou surtout ne rien faire. C'est à dire qu'elle peut changer les tarifs, la configuration des trains, les horaires, mais aussi ne rien investir. Car si la concurrence existe, elle profite ici à l'Etat et non à la société. En effet, si la société, pendant sa période de franchise, décide de ne pas investir, de voir se déteriorer le service tout en augmentant les prix, tout en rémunérant très grassement ses dirigeants, que risque t'elle ? De faire faillite ? Oui, mais l'Etat moderne ne pouvant plus fonctionner sans une infrastructure de transports sera aussi obligé de compenser ensuite le défaut ; et l'usager (oserons nous dire client ?) payera alors deux fois : au travers du ticket il a rémunéré un société privée (dont le but n'etait pas l'optimum social mais l'optimum de ses dirigeants), mais aussi au travers de ses taxes puisque l'Etat devra se substituer à la compagnie pour assurer le service. Et nous sommes ici dansle meilleurs des cas, car l'Etat peut aussi décider de continuer à mettre la main à la poche et subventionner la société privée à coup de rallonge budgétaire.

SWT n'en n'est pas là, mais deux cas servent déjà d'exemple : Railtrack qui, en 2000, a versé un bonus exceptionnel à ses dirigeants avant de demander une rallonge budgétaire en menaçant de mettre la clef sous la porte si cela ne venait pas rapidemment. L'Etat a du payer en renationalisant la compagnie qui a pris le nom de Network Rail. Entre temps il y a eu deux accidents de trains et des morts. Aujourd'hui Métronet, la société privée chargée de 80% de la maintenance du métro de Londres marche dans ses pas: deux accidents important en 4 ans et la menace de cesser son activité si l'Etat ne met pas la main à la poche (ah ces PPP chers à Gordon Brown). Quand à SWT, pour revenir à elle, elle n'a pas investit pour adapter la station de Clapham Junction au flux de plus en plus important de voyageurs, ni (comme ses collègues d'ailleurs) dans le nouveau système de tickets prépayé Oyster (ce qui continue donc a grandement handicaper les usager du train) au motif que cela n'avait pas été prévu dans les conditions de départ signées … 7 ans auparavant.

Quel est le pouvoir de l'usager dans tout cela ? Prendre Virgin plutôt que SWT entre Woking et Waterloo ? Si plusieurs trains passaient en même temps sur les mêmes lignes, ça se saurait. Prendre sa voiture ? Le maire de Londres a pensé à lui en montant à £8 le prix du droit de passage dans la ville (sans compter la politique de racket menée par les municipalités en mal d'argent). Prendre l'avion ? Vu le prix et au moment où l'on se soucie du réchauffement de la planête se serait une plaisanterie. Faire ses 30km à vélo matin et soir (car vu le prix de l'immobilier il n'habite plus au centre de Londres) ? Bon courage.

Les livres.

Alors qu'est sorti le dernier tome d'Harry Potter, on a pu voir que les grandes chaines de distribution comme Asda, Tesco ou Sainsburry le vendaient à des prix défiant toute concurrence, jusqu'à 50% moins cher. Car en Angleterre, contrairementà la France, le prix des livres n'est pas encadré. Conclusion, c'est la mort des libraires, obligé soit de vendre le même livre 2 fois plus cher, soit de perdre de l'argent sur chaque livre. Car eux ne peuvent pas se rattraper sur les boites de petits pois ou de céréales. A terme on peut craindre plusieurs choses : la mort des librairies, la réduction, comme peau de chagrin, de l'offre (seuls les best sellers seront vendus). Sans parler du principe de vente à perte (temporaire) afin d'écraser la concurrence.

La fameuse libéralisation des opérateurs de renseignement teléphonique

Comme on l'avait deja vu en Angleterre, l'ouverture du marché a conduit à un grand bordel, à des tarifs plus chers pour un service plus mauvais. Et on avait promis aux Francais, croix de bois croix de fer, que ça n'arriverait pas chez eux. Un an plus tard il est temps de tirer les conclusions : c'est tout pareil [que de l'autre côté de la Manche] : un service plus cher, beaucoup plus cher ; une qualité moins bonne, beaucoup moins bonne. Au passage, il est toujours possible d'appeler l'h&eacut
e;ritier du "12", moins honéreux et plus fiable au 118 711 (ce n'est pas celui sur lequel l'opérateur communique le plus) : ses tarifs sont encadrés car il correspond aux missions de service public que conserve l'opérateur.

Décidément si on ne peut même plus s'en remettre à la concurrence libre, que va t-il nous rester…?

Read Full Post »

*Coup de coeur*300,000 ! Ce chiffres étaient deux fois présent dans les quotidiens britanniques au printemps 2007. 300,000 SDF (Sans Domicile Fixe) dans le royaume (certains disent 300,000 à Londres). Et 300,000 Francais à Londres (SDF ? je veux dire: Sans Difficulté Financière ? 😉 )

/plugins/dewplayer.swf?son=/blog/resource/articles/download/londonlife_french_london_070411.mp3

[BBC World audio – Cette page utilise Dewplayer]

Boulangerie Paul a LondresLe Evening Standard, quotidien du soir Londonien, rapportait début avril que la population de Français résidents à Londres serait actuellement de 300,000, ce qui place la capitale britannique juste derrière Nice en terme de plus grande ville française 😀 . Centrés autour du Lycée français de South Ken (petit nom donnés par les Français au quartier de South Kensignton, un des plus chers de Londres avec Chelsea en dessous et Holland Park à gauche – les anglais l'appellent parfois Frogs valley), on y trouve boulangeries, cafés, crêperie, librairies françaises. D'après le IHT ils auraient maintenant tendance à s'étendre vers King's Road et Harrods (non loin de l'Ambassade de France, soit dit en passant) avec Petit Bateau ou Agnès B.

Dans cette ville cosmopolite, ou les cultures se croisent et s'aditionnent on laissera le mot de la fin à l'éditorialiste du Evening Standard : "Do we mind? Pas du tout. The French lend a certain glamour to the London street scene."

 

Read Full Post »

I told you so…

*Réflexion*Une série de nouvelles sans surprises pour les lecteurs de ce blog.

Paris

Le 28 avril 2006 je reprenais la dépêche indiquant que les prud'hommes de Longjumeau avaient estimé que l'ordonnance gouvernementale d'août 2005 instituant le CNE était "contraire à la Convention 158 de l'OIT".  Et bien voilà une nouvelle confirmation puisque la cour d'appel de Paris a statué de manière identique, vendredi 6 juillet. Avec le CPE déjà mis au panier par la rue, voici le CNE placardisé par la justice. Et les plus grandes mesures du gouvernement Villepin qui s'était fixe comme priorité la lutte contre le chômage annulées. 2 ans de perdus, un gouvernement qui fait passer en force ses lois en dépit de toute concertation et un parlement relégué au role de chambre d'enregistrement… faut-il en rire ou en pleurer ?

Londres

Vous savez quoi ? Encore un déraillement de train à Londres, jeudi matin. Non événement ? Tout de même ! Il y a 4 ans (janvier 2003) un train déraillait à Chancery Lane et causait, en plus des blessés, la fermeture de la Central Line et de la Watrerloo&City Line pendant 3 mois (2 lignes sur 12 hors service). Même cause mêmes effets ? Encore trop tot pour le dire (notons qu'au rythme d'un incident tous les 4ans 1/2, on se retrouve en 2012, année des JO de Londres pour le prochain déraillement du métro Yell ). Et c'est Metronet (vous savez, le consortium privé qui s'était vu confier la réhabilitation de la plus petite ligne de Londres et finissait en retard malgré un calendrier déjà très élastique – et qui gère les 2/3 du réseau de Londres) qui est encore une fois sous les feux.

Mise  à jour 11/07/07 : Lu sur le site des Echos : Metronet, réclame (pour commencer !) 992 millions de livres à London Underground, l'exploitant lié à la mairie de Londres. Mais le montant total devrait atteindre quelque 2 milliards de livres. Le consortium évalue les surcoûts liés à des spécifications de l'opérateur public qui n'étaient pas prévues dans le contrat initial, signé en 2003 (ah! ça rappelle le coup des Oyster cards… qu'on ne peut toujours pas prendre dans le train). Vraiment aucun complexe (si on ne meurt pas dans un accident du métro londonnien… on pourra toujours mourir … de rire).

Read Full Post »

*Coup de gueule*En mai dernier, le gouvernement britannique admettait que plus d'1/2 million de mineurs avaient leur ADN enregistrés dans les fichiers de la police du Royaume (sur 1 total de 4.11 millions d'enregistrements, dont 1/3 sans raison criminelle/innocents, et +1 million en 1 an !). Une augmentation très rapide avec près de 100,000 nouvelles entrées rien que l'an passé.

DNAEn juin les journaux anglais révélaient aussi que 108 enfants de moins de 10 ans avaient leurs empreintes génétiques dans la base de donnée de la police, et on comptait même 883,888 enregistrement d'enfants entre 10 et 17 ans. Le Home Office admettait aussi que de toute façon les trois quarts de la population noire serait bientot dans la base (bienvenue chez Orwell).

"Police can take a DNA sample without consent from anyone they arrest and can keep it whether the individual is charged with a crime or not […]. Officers can request a DNA sample to eliminate a youngster from their inquiries about a crime or confirm involvement. The Home Office said that parents or guardians could request that a child’s details be removed from the database but the final decision was at the discretion of chief constables." timesonline

Et en France ? Pas de ça chez nous ? Et bien si j'en parle c'est justement que si, avec les lois Sarkozy de 2003 tout est maintenant possible, comme le montre Maitre Eolas dans un article sur le fichage génétique des enfants (et que je reprends en grande partie ci dessous). Pour résumer l'affaire dont la presse s'est (peu) fait écho, deux gamins de 8 et 11 ans auraient pu se voir prélever leur ADN par la gendarmerie pour avoir volé deux tamagotchi et deux balles rebondissantes (ensuite payés par la mère) dans un hypermarché. Les échantillons étant conservés dans le fichier national automatisé des empreintes génétiques (Fnaeg). Selon le père, un gendarme aurait même déclaré au plus âgé "qu'il serait photographié, qu'on lui prendrait ses empreintes digitales et aussi ses empreintes génétiques, ajoutant même que mon fils ne pourra pas forcément faire le métier qu'il veut plus tard car il sera fiché !"

Ce fichage génétique, ou plus exactement des empreintes génétiques, a été créé par la loi du 17 juin 1998 (gouvernement Jospin), loi de circonstances suite à l'affaire Guy Georges, "le tueur de l'est parisien". Il visait à réunir les empreintes génétiques des personnes reconnues coupables du meurtre ou l'assassinat d'un mineur précédé ou accompagné d'un viol, de tortures ou d'actes de barbarie, ou d'un viol ou d'une agression sexuelle, y compris sur majeur. La loi sur la sécurité quotidienne, article 56, réécrit les articles consacrés au FNAEG et élargit leur domaine : ce ne sont plus seulement les infractions originelles qui entraînent le fichage au FNAEG, mais les crimes d'atteintes volontaires à la vie de la personne, de torture et actes de barbarie et de violences volontaires ayant entraîné une mutilation sur un mineur, ou le crime de violences habituelles sur un mineur, les crimes de vols, d'extorsions et de destructions, dégradations et détériorations dangereuses pour les personnes, et les crimes constituant des actes de terrorisme. Dans la phrase disant que les personnes suspectes de ces crimes verront leurs empreintes prélevées : il suffit désormais d'indices graves ou concordants, et non plus graves et concordants. Le fichage des suspects devient donc le principe, et n'est plus l'exception.

Et le vol de tamagotchi dans tout ça ? Et bien on y arrive presque. Il suffit de deux coups de buttoirs supplémentaires de la droite : le 18 mars 2003, la loi sur la sécurité intérieure, proposée par Nicolas Sarkozy, a juste rajouté quelques lignes à la liste des infractions donnant lieu au fichage. Et il n'a après tout fait que continuer sur la route empruntée par le législateur précédent : puisque des infractions donnent lieu à fichage quand elles sont qualifiées de crimes, pourquoi n'en irait-il pas de même pour les délits ? Après tout, c'est assez grave pour justifier la prison. Et voici donc ajoutés à la liste la quasi totalité des délits d'atteinte aux biens et aux personnes (liste complète à l'article 706-55 du code de procédure pénale), dont le vol simple commis par nos deux Arsène Lupin en culottes courtes. […] L'article 122-8 du Code pénal, modifié par la loi Perben I du 9 septembre 2002, a supprimé la responsabilité pénale à treize ans pour lui substituer le critère de la capacité de discernement. Un enfant de huit ans peut donc commettre un vol, s'il a assez de discernement pour comprendre que les caisses d'un hypermarché ne sont pas réservées à ceux qui ne sont pas assez malins pour dissimuler des objets sur eux. Dès lors qu'un enfant de huit ans peut commettre un vol, il peut être fiché au FNAEG.

CQFD, des deux cotés de la Manche, même combat ! (il me semble juste qu'ici, en Angleterre, la presse, se faisant l'écho des parlementaires, s'émeut beaucoup plus de ces pratiques sécuritaires) 

(suite…)

Read Full Post »