Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 17 février 2013

Bon aller je fais du vrac aujourd’hui. Histoire de poster quelques réflexions relevées ici et là.

Pourquoi diable l’Algérie ne consulte pas le gouvernement anglais avant l’intervention de son armée ?

D’abord une phrase d’un journaliste de la BBC, entendue lors du journal du soir le 17 janvier. On est dans les derniers jours de la prise d’otage en Algérie et l’armée a donné l’assaut. Alors que le gouvernement français dit comprendre la décision de son homologue d’Alger (on se souviendra ici du « je vous ai compris » de De Gaulle : comprendre ne veut pas dire approuver), le journaliste britannique, envoyé spécial, termine sont reportage avec : « Pourquoi les algériens se sont-ils permis d’intervenir » (sous entendu sans consulter, entre autre, le gouvernement britannique qui avait des otages sur place).

Comme au jeu Qui veut gagner des millions il aurait du appeler un ami, j’aurais pu lui donner immédiatement la réponse: Parce qu’ils sont chez eux ! Quelle arrogance! Imagine-t’on que la police anglaise demande l’avis d’autres nations avant ses interventions ? Allo Alger, il y a une prise d’otage en Angleterre, qu’est ce que le gouvernement britannique doit faire ?

Ma priorité : les actionnaires

Toujours dans les news, cette fois ci le 10 février. Le nouveau directeur de Barclays (pour rappel, l’ancien a démissionné après la révélation que la banque a manipulé artificiellement des cours de bourse) déclare : « Je vais m’occuper en priorité des intérêts des actionnaires ».

Bêtement j’aurais cru que sont premier soucis serait d’améliorer le service rendu au client, de moraliser un peu les pratiques de trading de la banque qui, au nom du profit et des bonus, a permis toutes les dérives, de fournir un meilleur soutien au petites entreprises qui ont bien du mal a survivre avec la crise…etc. Ben non, la priorité c’est l’actionnaire. Bref, pas de changement donc, on continue…

Carlos fait une blague

Retour en France ces dernier jours. Je lis sur mon zipad (comme dirait Jeanne) que le PDG de Renault, Carlos Ghosn se dit prêt à conditionner 30 % de sa rémunération variable à la mise en œuvre d’un accord social dans l’entreprise et au respect de certains indicateurs, soit environ 430 000 euros. Mazette, c’est énoooooooorme ; quel saint homme, qui a compris enfin que oui on peut gagner beaucoup, mais si au moins on fait du bon travail. Sauf que j’apprends à la fin de l’article du Monde que ce cher Môssieur Ghosn gagne plus de 12 millions (2,2 millions d’euros, dont 1 million de rémunération variable + sa rémunération chez Nissan, dont il est également PDG, qui est de près de 10 millions d’euros). Donc il conditionne 3,5% de sa rémunération total au fait de faire son travail.

Un peu comme si le smicard de chez Renault conditionnait 600 euros sur son salaire annuel au fait de faire ce pour quoi il est payé. Apparemment il n’y a pas que moi qui trouve qu’il se moque du monde. Le truc sympa quand tu es patron c’est que si tu te plantes, tu renonces à ton bonus ; si tu es petit employé, t’es viré (et d’ailleurs chez Renault comme chez PSA, même si tu fais très bien ton travail tu peux te retrouver dans le plan de licenciement).

C’est la lutte finale, tra la la la la…!

Des lasagnes = deux traders, quatre entreprises et cinq pays

C’est l’équation aberrante qui reflète bien la mondialisation, la « dématérialisation » des transactions (entendre ici l’usage de tant d’intermédiaires). Viandes de cheval et sub-primes, même combat ! Dans le scandale financier, on a longuement entendu accuser que les structurations et montages financiers utilisaient rendaient les opérations incompréhensibles et personne ne savait au final ce qu’il achetait. Et bien ici c’est pareil. Et comme un dessin vaut parfois un long discours, rien de mieux que l’infographie du Monde. [*]

Chacun renvoie la balle sur son voisin dans la chaine, c’est la faute de… personne. Ce qui nous amène tout droit au dernier sujet.

Le management de la stupidité

J’adore la note de blog d’Aliocha. Tellement vrai, et ce que je dis depuis des années. Rien que ce passage par exemple qui parlera j’en suis sur à bon nombre : « … ces procédures qui décrivent par le menu les fonctions de chacun ont un effet pervers, elles déresponsabilisent tout le monde. A commencer par le dirigeant d’entreprise qui peut dormir sur ses deux oreilles, il a sollicité les meilleurs consultants du monde, mis en place les meilleures procédures, sa responsabilité est blindée. Les salariés aussi car ils n’ont pas à réfléchir ou à faire preuve d’initiative, ils appliquent les consignes, c’est tout ce qu’on leur demande. »

A quoi sert un cabinet de consulting : à déresponsabiliser. Ce n’est plus la faute du dirigeant, il a fait appel aux experts… Au final personne n’est coupable. Et s’il y a un problème, vite envoyer un email cc la terre entière pour se dédouaner.

Sur ce, je vous laisse passer une bonne fin de weekend 🙂

[*] Au passage je connais certains anglais qui réussissent à mettre cela sur le dos de l’Europe : « Où sont les bouchers des nos communes? Pourquoi est-il nécessaire de transformer en France, en Angleterre, les produits venus des pays lointains? A bas les fonctionnaires qui sont trop, foutent rien et qui sont payés des sommes énormes avec des pensions incroyables. Il y a 4400 fonctionnaires payés plus d’Angela Merkel a Bruxelles » (véridique, j’ai reçu un email vendredi). Preuve que leur aveuglement est sans limite, alors que la solution, puisque la filière n’arrive pas à prévenir les abus, est de renforcer les contrôles, et au niveau Européen surtout, et donc d’accepter que la protection du consommateur a un cout.

Publicités

Read Full Post »